Actualités, Matières Premières

Encens et Myrrhe : les résines mythiques!

Encens et Myrrhe : les résines mythiques! dans ActualitésDe beaux présents, or, myrrhe et encens, ils vont offrir au maître tant admirable

De beaux présents, or, myrrhe et encens, ils vont offrir au bienheureux enfant.

La Marche des Rois, Tino Rossi. 

L’encens et la myrrhe, la myrrhe et l’encens, par où vais-je commencer?

Ces deux notes légendaires de la parfumerie font  partie des premières matières odorantes utilisées depuis les civilisations primitives.

Un peu d’histoire donc.

Dès qu’il est question d’un Dieu, dans quelque religion que ce soit, l’encens est utilisé dans le même objectif : élever la prière. Il est alors brûlé en tant que matière brute (sans alcool) dans les cérémonies religieuses mais également dans la vie courante, la fumée qui s’en dégage étant considérée comme le lien entre le dieu et les hommes.

 baumes dans Matières Premières

Les premières traces de l’utilisation de l’encens et de la myrrhe nous viennent de l’Egypte antique. Le Kyphi, contenant notamment myrrhe, raisin, miel, vin, genêt, safran et genièvre, est le premier “parfum” dont la recette nous est parvenue. Les femmes utilisaient également les restes de baume d’encens brûlé comme Khôl pour se peindre les paupières.

Chez les grecs et les romains, les résines parfument chaque moment important de la vie religieuse comme profane. Si la myrrhe a quelque peu disparu de nos édifices religieux, l’encens a encore la part belle dans les cérémonies chrétiennes, juives, musulmanes et bien d’autres, sous sa forme pure ou mélangée à d’autres gommes. Apportés par les Rois Mages à Jésus, par Dieu à Moise ou péché au large d’Awaji et offert à l’Empereur du Japon, chaque civilisation possède ses propres légendes autour des baumes d’encens et de myrrhe, ce qui en fait des matières de choix pour la parfumerie aujourd’hui.

Je vous ai parlé jusque la de bois, de baumes et de résines. L’encens et la myrrhe se présentent sous différentes formes quasi toutes utilisées. Ils poussent principalement en Somalie et dans la péninsule arabique.

 Encens

Voici un arbre à encens ou Oliban :

Pour parfumer son intérieur, on peut utiliser le bois coupé en pot pourris ou à brûler directement. Mais c’est le baume ou résine qui sera favorisé en parfumerie alcoolique.

 EssencesEt un arbre à Myrrhe :

On extrait les baumes d’encens et la myrrhe par exsudation du tronc de l’arbre. On y récupère une résine respectivement  jaune – brun et rougeâtre qui deviendra une gomme dure. Celle -ci sera distillée pour en obtenir l’essence qui est l’extrait le plus utilisé en parfumerie (l’absolu étant plus anecdotique).

 fumée

Je pense que pour la plupart d’entre nous, l’essence d’encens nous évoque d’abord une odeur d’église (synagogue, mosquée… en fonction des confessions). Puisque c’est généralement le premier endroit où on a pu en sentir.

Pour les profanes, l’encens a une note plutôt sèche et rêche qui nous gratte le nez, qu’on pourrait comparer à la sensation que nous procure le poivre noir. C’est puissant et en même temps, cela évoque une certaine fraîcheur.

 gomme

Pour la myrrhe, le nez est moins habitué : hé oui, prix oblige, il n’est pas forcément facile de s’en procurer. Par contre, lorsque on a eu l’occasion de sentir l’huile essentielle de myrrhe, on ne l’oublie pas. Ma première impression est cette note de champignon. Contrairement à l’encens, c’est une note chaude et balsamique, qui peut vite tourner au caoutchouc s’il est utilisé en grande quantité.

L’encens est une note tellement particulière qu’elle est peu utilisée en parfumerie sélective et mass-market (peut -être aussi parce que c’est pas donné).  Et je vous parle même pas de la myrrhe! Par contre, ils sont plus représentés dans la parfumerie de niche et dans les parfums exclusifs des grandes marques.

Peu de parfumeurs se sont risqués à travailler ces matières premières en tant que note centrale du parfum.

Je vais vous en présenter deux produits  qui ont retenu mon attention :

 MyrrheBois d’encens des collections Armani Privé : C’est l’encens à l’état brut. La légende autour de ce parfum dit qu’il n’a été conçu qu’avec 5 produits différents. Et bien, moi, je dis “Chapeau, Mr Almairac!” car il n’y a que les plus grands pour sublimer une note si complexe avec si peu de matières premières. Bois d’Encens est un parfum sombre, boisé, fumé, on le croirait sorti directement d’un volcan.

L’encens (ou Oliban) y est travaillé avec le vétiver, le cèdre et le Schinus Molle, autrement appelé Baies Roses. Bref, un parfum qui vous prend au nez et aux tripes. Noel

  • Myrrhes et délires de Guerlain : Je n’ai pas vraiment eu un coup de cœur pour celui ci, mais, à ma connaissance, c’est celui ou la myrrhe est le plus reconnaissable. Les délires en question sont constitués par une overdose de violette, mais passé cet effet un peu trop présent à mon goût, vous trouvez une note mousseuse, fongique et légèrement boisée correspondant à l’essence de myrrhe.

En plus de ses qualités olfactives indéniables, l’encens et la myrrhe regorgent de propriétés thérapeutiques, mises en valeur principalement dans la médecine chinoise.

L’encens est connu pour ses nombreuses vertus dans le traitement de la dépression, des problèmes intestinaux et respiratoires. Il est utilisé comme cicatrisant, expectorant et antidiarréhique.

La myrrhe quant à elle, était beaucoup utilisée pour soigner les blessures graves de guerre, les chutes ou les douleurs liées à l’accouchement. Elle est cicatrisante, aseptisante et anti-inflammatoire.

Ces deux matières n’ont donc pas fini de nous surprendre. Avec l’avènement de la parfumerie naturelle et biologique, ils constituent des produits de choix pour allier l’utile à l’agréable. En parfumerie corporelle, bougie, “encens” en bâtonnets et diffuseurs, profitez du parfum des résines et passez de très bonnes fêtes de fin d’année!

Sources : 

https://www.youtube.com/watch?v=LvVpExu0lq0

L’encens a-t-il sa place dans le vrai culte ? La Tour de Garde, 2003. http://wol.jw.org/fr/wol/d/r30/lp-f/2003406

http://www.aroma-zone.com/aroma/ficheencensolibansomalie.asp

http://eem.hypotheses.org/57

http://www.psychologies.com/Bien-etre/Relaxation/Soins/Articles-et-Dossiers/L-encens-origines-et-vertus

http://www.catholique-amiens.cef.fr/page/index.php?rub=70&art=1649

“L’Herbier Parfumé” par Freddy Ghozland et Xavier Fernandez. Partie 1 “Histoires et usages du parfum dans les sociétés humaines “ par Elizabeth de Feydeau

http://www.auparfum.com/Encens

http://www.osmoz.fr/parfums/armani/702/bois-d-encens

http://www.guerlain.com/fr/fr-fr/les-collections-exclusives/lart-et-la-matiere/myrrhe-delires-eau-de-parfum-flacon

Mots-clefs :, , , , , , , , ,

Une réponse à “Encens et Myrrhe : les résines mythiques!”

  1. Le 15 janvier 2015 à 21 h 10 min Esthelle a répondu avec... #

    L’encens a pour moi une odeur reposante ; je l’associe aux babas cool et quand j’en fais brûler chez moi, j’ai l’impression d’être zen. Du coup, je ne suis pas sure de l’apprécier dans un parfum. J’aurais l’impression de sentir « l’église ». Bref, c’est bien pour la maison, mais pas sur moi….

    Dernière publication sur Les trésors d'Esthelle : Archives

Ajouter votre réponse

Laboutiquedestacy |
Ventesdu67 |
Blogmode |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Emiliechanu
| Monuniversdefilles
| Melleemma