Actualités, Non classé, Parfums

Contrefaçon : l’info trafic – Partie 2

Contrefaçon : l’info trafic - Partie 2 dans Actualités

Il y a quelques mois, nous nous étions quittés sur la définition de la contrefaçon et sa reconnaissance juridique en France. Nous sommes donc arrivés à la constatation suivante : la contrefaçon c’est mal. Et ça peut faire mal ! Au portefeuille, dans un premier temps.

 beauté dans ParfumsSelon les autorités douanières, si vous êtes surpris à passer un produit contrefait, il peut vous en coûter jusqu’à 2 fois son prix authentique, et non pas le prix que vous l’avez payé. De plus, le bien vous sera saisi, ça serait trop facile….

Si vous n’avez pas de chance, vous pouvez également être poursuivis par les ayant droits, c’est à dire les personnes détenant le droit d’exploiter le produit d’origine. Les sanctions pénales peuvent aller jusqu’à 300 000 euros et 3 ans d’emprisonnement (10 ans si les méfaits sont réalisés en bande organisée). Ça commence à faire cher le parfum !

Au delà des dangers pour votre compte en banque, il existe d’autres risques à acheter des produits contrefaits.

 ContrefaçonLorsqu’un produit cosmétique circule sur le marché français, il doit répondre à certaines normes de sécurité sanitaire. L’ANSM, anciennement AFSSAPS, est l’agence nationale reconnue par l’Etat pour faire respecter la réglementation dans le domaine du médicament et des produits de santé, dont les cosmétiques et les parfums. Avant chaque mise sur le marché, l’ANSM doit avoir à sa disposition, un dossier produit, le DIP, qui renseignera toutes les caractéristiques techniques nécessaires pour connaitre la dangerosité du produit. C’est un peu sa carte d’identité. On demande notamment ses caractéristiques physico-chimiques, la liste de tous les sous-traitants qui ont participé à son élaboration, un évaluation de sécurité par un toxicologue homologué, des tests de stabilité à la chaleur et aux UV, ect… De plus, depuis Juillet 2013, des tests prouvant l’efficacité du produit sont demandés dans le cadre de la lutte contre la désinformation du consommateur.

Alors quels sont les risques des parfums contrefaits , me direz vous?

Et bien, un produit illégal n’a pas besoin de réaliser ces tests de sécurité pour être proposé au public. Quitte à être en infraction, pourquoi dépenser quelques
 Cosmétiques milliers d’euros afin de certifier un faux produit.

On peut donc s’appliquer sur la peau des cosmétiques qui n’ont aucune traçabilité, d’une durée de vie limitée, d’une qualité limitée aussi, pouvant contenir des composés interdits par le règlement cosmétique (benzène, toluène et autres xylènes…) ou pouvant évoluer de manière aléatoire durant son utilisation.

Les problèmes de peau les plus fréquents étant l’eczéma, brûlures, éruptions cutanées, irritations de la cornée…  Mais les dangers peuvent être bien plus importants : en 2012, des traces d’arsenic avaient été retrouvés dans des tubes de mascara, importés de Chine sous le nom de la marque Benefit. De plus, le produit étant souvent mal étiqueté, votre médecin ne saura pas directement quel peut être le composé allergisant responsable de votre maladie.

Un autre problème méconnu lié à la contrefaçon est la perte d’emploi. En France, le secteur cosmétique et parfum se porte plutôt bien car nous sommes reconnus dans ce domaine. Si les consommateurs n’achètent plus que des produits contrefaits qui viennent d’on ne sait où, qu’adviendra-t-il des 150 000 emplois que génère l’industrie de la beauté?

 danger

Certains produits sont même fabriqués par des organisations mafieuses voir terroristes afin de financer leurs actions.

Chaque marque qui vend ses produits en France via les circuits de distribution classique répond aux critères de conformité européenne. Quand je parle de distribution classique, en parfumerie, il s’agit des chaines de magasins que nous connaissons tous : Séphora, Marionnaud, Nocibé, Douglas, Beauty Succès pour ne citer qu’eux. Mais les petites parfumeries indépendantes ne sont pas à exclure pour autant. Il existe plusieurs moyens de se protéger des contrefaçons , que vous pourrez découvrir dans la dernière partie !

Sources : 

http://www.capital.fr/a-la-une/actualites/contrefacon-ce-que-vous-risquez-en-achetant-des-faux-et-comment-les-reconnaitre-863983

http://www.intertek-france.com/cosmetique/reglementation/dip/

http://www.tendances-eco.com/2014/01/la-contrefacon-une-alternative-risquee/

http://www.leem.org/sites/default/files/Leem-dossier%20de%20presse-contrefacon-de-medicaments_0.pdf

http://tpelacontrefacon.blogspot.fr/

http://www.parlonscosmetiques.com/files/lutter_contrefacon_cosmetiques2.pdf

 

Mots-clefs :, , , , , , , , , ,

2 Réponses à “Contrefaçon : l’info trafic – Partie 2”

  1. Le 6 mars 2015 à 7 h 25 min Esthelle a répondu avec... #

    Bonjour.
    Tout à fait d’accord avec toi : à bas la contrefaçon, je l’ai déjà écrit sur mon blog.
    Je ne comprends pas celles/ceux qui en achètent sciemment parce que c’est la roulette russe côté composition et qu’une contrefaçon n’a jamais les qualités de l’original, qu’il s’agisse d’un mascara, d’un sac à main ou d’une montre.
    Bonne journée!

    Dernière publication sur Les trésors d'Esthelle : Archives

  2. Le 6 mars 2015 à 8 h 47 min Olf'Addict a répondu avec... #

    En fait, j’ai eu affaire sur certains forums, à des gens qui pensent que si le produit est vendu en France il doit forcément avoir été vérifié et certifié, même sur les marchés. Mais l’ANSM ne peut pas avoir les yeux partout, les grands circuits de distribution sont régulièrement surveillés, parce que c’est là qu’il y a le plus de ventes.
    Et je ne parle pas encore d’Internet…

    En fait, pour le dernier article, j’ai envie de tester plusieurs produits dont les contrefaçons pour montrer les différences de qualités. Mais il faut que j’arrive à trouver des peaux artificielles :)

Ajouter votre réponse

Laboutiquedestacy |
Ventesdu67 |
Blogmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Emiliechanu
| Monuniversdefilles
| Melleemma